Sommaire

Le pneumatique du véhicule est le seul élément qui le relie directement à la chaussée. Il est donc essentiel pour la sécurité de tous et fait l’objet d’une surveillance toute particulière. Il concerne notamment un paragraphe de la fonction principale « Essieux, roues, pneus, suspension » du contrôle technique obligatoire des véhicules de tourisme et petits utilitaires. Passage en revue des obligations réglementaires en matière de contrôle technique des pneus.

Lire l'article Ooreka

Contrôle technique : rôle et constitution du pneu

Le rôle des pneus

Au même titre que les plaquettes de freins ou les raclettes essuie-glace, le pneumatique est pour le véhicule automobile un consommable. Mais c’est aussi, même si on l’oublie trop souvent, un composant de haute technologie. Il doit en effet :

  • transmettre la traction moteur ;
  • garantir l’adhérence en virage et au freinage ;
  • évacuer l’eau de la chaussée par une surface de contact de 80 à 150 cm² (soit l’équivalent de la paume de la main).

La constitution du pneumatique

Le pneumatique est en réalité composé de plusieurs zones.

  • La nappe de carcasse. Elle représente toute la surface intérieure du pneu et elle est composée d’une nappe étanche (pour les tubeless) et tressée sur laquelle viennent se greffer les autres zones du pneu.
  • Le flanc. C’est la partie verticale qui relie le bord de jante à la surface du pneu. Il doit à la fois avoir une certaine raideur pour ne pas s’écraser en virage et être suffisamment souple pour participer à l’amortissement du véhicule. Le flanc est lui même constitué :
    • d’une zone d’accrochage à la jante, sous forme d’un bourrelet renforcé d’une âme en fil d’acier ;
    • du flanc lui même ;
    • d’une zone de jonction avec la bande de roulement.
  • La bande de roulement. C’est la partie en contact avec la chaussée. Elle comporte les sculptures nécessaires à l’accroche sur la route.
Lire l'article Ooreka

Contrôle technique : inscriptions réglementaires du pneumatique

Le pneumatique doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires :

  • La marque et la dénomination du pneumatique : « Michelin primacy 3 » par exemple.
  • Ses dimensions : « 205/60 R 16 » 92 V :
    • 205 (en mm) : largeur de la bande de roulement ;
    • 60 (rapport H/L en pourcentage) : L est la largeur (ici 205 mm) et H est la hauteur du flanc (dans ce cas : H = 60 % × 205 = 123 mm) ;
    • R comme « radial » : il définit le type de structure du pneu (c’est le seul aujourd'hui utilisé sur les automobiles, l’autre structure étant D comme « diagonal », encore utilisé en moto) ;
    • 16 (en pouces) : diamètre de la jante et diamètre intérieur du pneu (1 pouce = 25,4 mm, donc 16 pouces = 16 × 25,4 = 406,40 mm).
  • L’indice de charge : situé à la suite du marquage des dimensions, il s’agit d’un nombre dont le codage est la charge maximale admissible sur la roue (exemple : 92 = 630 kg au maximum par roue).
  • L’indice de vitesse : il s’agit d’une lettre traduisant la vitesse maximale prévue pour ce pneumatique (V = 240 km/h maxi).
  • Les autres indications mentionnées sont :
    • le témoin d’usure révélant une hauteur résiduelle de sculpture de 1,6 mm ;
    • le numéro d’homologation à la conformité européenne ;
    • le numéro de conformité à la réglementation sur le bruit émis par le pneu ;
    • le numéro DOT (department of transportation) définissant l’usine de fabrication, le manufacturier et la date de fabrication.

Pneus

Article

Lire l'article Ooreka

Les différents points de contrôle technique du pneu

L’arrêté du 18 juin 1991 relatif à la mise en place et à l'organisation du contrôle technique des véhicules dont le poids n'excède pas 3,5 tonnes, modifié par l'arrêté du 15 janvier 2018, et l’article R. 323-6 du Code de la route définissent le cadre des 133 points contrôlés répartis sur 9 fonctions du véhicule.

Le contrôle des pneumatiques concerne les points de contrôle 5.2.3 :

Défaillance constatée

Défaillance Majeure

Défaillance Critique

5.2.3.a.2. : « La taille, la capacité de charge ou la catégorie de l’indice de vitesse du pneumatique ne sont pas conformes aux exigences et nuisent à la sécurité routière. »

Oui

Non

5.2.3.a.3. : « Capacité de charge ou catégorie de l’indice de vitesse insuffisant pour l’utilisation réelle, le pneu touche une partie fixe du véhicule, ce qui compromet la sécurité de la conduite. »

Non

Oui

5.2.3.b.2.: « Pneumatiques de taille différente sur un même essieu ou sur des roues jumelées ou de types différents sur un même essieu. »

Oui

Non

5.2.3.c.2. : « Pneumatiques de structure différente. »

Oui

Non

5.2.3.d.2. : « Pneumatique gravement endommagé ou entaillé. »

Oui

Non

5.2.3.d.3. : « Corde visible ou endommagée. »

Non

Oui

5.2.3.e.1.: «  Usure anormale. »

Non

Non

5.2.3.e.2. : « L’indicateur d’usure de la profondeur des sculptures est atteint. »

Oui

Non

5.2.3.e.3. : « La profondeur des sculptures n’est pas conforme aux exigences. »

Non

Oui

5.2.3.f.1. : « Frottement ou risque de frottement du pneu contre d’autres éléments (dispositifs antiprojections souples). »

Non

Non
5.2.3.f.2. : « Frottement ou risque de frottement du pneu contre d’autres éléments (sécurité de conduite non compromise). » Oui Non
5.2.3.g.2. : « Pneumatiques retaillés non conformes aux exigences. » Oui Non
5.2.3.g.3. : « Pneumatiques retaillés non conformes aux exigences : couche de protection de la corde affectée. » Non Oui
5.2.3.h.1. : « Le système de contrôle de la pression des pneumatiques fonctionne mal ou le pneumatique est manifestement sous-gonflé. » Non Non
5.2.3.h.2. : « Le système de contrôle de la pression des pneumatiques est manifestement inopérant. » Oui Non
5.2.3.i.1. : « La pression des pneumatiques est anormale ou incontrôlable. » Non Non
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Déroulement du contrôle technique

Sommaire

La déroulement du contrôle technique

Les points contrôlés Contrôle antipollution

Les résultats du contrôle technique

PV contrôle technique Validité du contrôle technique

Ces pros peuvent vous aider